Derniers souffles de couleurs

Poésie libre

 

Comme un deuxième printemps,
Octobre se fait doux.

Partout sous la frêle futaie,
Il répand son parfum d’humus,
Terreau de promesses de vie.

Au-dessus de ce tapis de feuilles sèches
Apparaissent encore des camaïeux de verts.
Ils s’opposent, dans un combat muet,
Aux teintes mordorées des branches,
Déjà vaincues par l’avancée de l’automne.

Cette robe chatoyante que revêt la forêt
Charme l’œil et enivre l’âme.
Les feuillages aériens et évanescents des hêtres
Continuent pour quelques jours de plus,
A déployer leur grâce, rivalisant avec la légèreté de l’air.

Les troncs érigés en sentinelles intemporelles
Se font protecteurs et invitent à la quiétude,
Témoins fragiles d’un présent qui déjà s’échappe.
Tel un flambeau qui s’éteint dans le noir,
Octobre devient roux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*