Courte plume : folle sarabande

 

Les mains ivres du pianiste conversent entre elles,

Se poursuivent tels des moineaux, s’effleurent de leurs ailes,

Se disputent la saveur d’une octave convoitée

Confrontant triolets dans une joute colorée.

Une réflexion sur « Courte plume : folle sarabande »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*