Métamorphose

Poésie libérée

Il défait son œuvre dans le plus grand secret,
Petite chenille jadis conçue par lui.
Avec exigence, passant inaperçu,
L’accoucheur de papillons se met au travail.

Un miracle inlassablement renouvelé
Inexplicable et toujours immuable,
Qui s’entoure de silence et de mystère.
L’accoucheur de papillons procède avec soin.

Rien n’est laissé au hasard cependant,
Tout s’accomplit avec méthode
En suivant le métronome du temps.
L’accoucheur de papillons compose, délicat.

Impossible de deviner ce qui se trame
Dans le cocon de soie opaque en mutation.
Il ne livre aucun son, aucun mouvement.
L’accoucheur de papillons a terminé, il s’arrête.

Un jour enfin, un frisson se dessine.
L’insecte a oublié le corps qui était le sien,
Pour émerger dans une vie éphémère de couleurs.
L’accoucheur de papillons observe…

Ailes chiffonnées, le machaon s’en remet à la brise.
Il sèche sa voilure chamarrée à l’air tiède,
S’envole, ivre de liberté, vers sa folle aventure.
L’accoucheur de papillons sourit…

Quelques bribes de soie restent encore là,
Preuves de la métamorphose accomplie.
Mais déjà il doit se remettre au travail,
L’accoucheur de papillons est attendu plus loin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*