Intrépide passerin

Poésie libre

 

Depuis toujours, il traque ce moment, l’espère :
A tire d’aile il s’envole vers l’arc-en-ciel,
Accaparer ce perchoir immatériel,
Capturer pour sa superbe, ce réverbère.

Une idée le poursuit : en découvrir la source
Pour toujours le garder brillant de mille feux
Ne plus s’en séparer, compagnon malchanceux,
Quand le soleil l’éclipse de sa grande course.

Voici l’oiseau s’épuisant après ce mirage ;
Sur son origine il enquête sans répit :
Le ru l’a vu naître, ne lui a-t-on pas dit ?
Mais celui-ci n’a que faire de ce tapage !

Il colère de n’avoir aucune réponse.
Il tente désespérément de crocheter
Les arcboutants lumineux semblant emportés
Par le temps qui cadence ses coups de semonce.

Du spectre continu, il suit la trajectoire ;
Il s’imprègne de ce dégradé de couleurs.
Il veut en devenir l’incontesté seigneur
Dont la ténacité entrera dans l’histoire.

C’est ainsi que notre valeureux volatile
S’empara des sept nuances de l’arc-en-ciel,
Devint, grâce à son sang-froid providentiel,
Un étincelant passerin très volubile !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*